Cocktail Web

Actualité des outils du Web



Dyinglinks.com : le lien url qui meure au bout d’un certain temps ou d’un nombre de clic

30/08/2012 ( outils ) 0 avis


Les raccourcisseurs d’url ont été totalement démocratisés avec l’arrivée de twitter et la montée en puissance de bitly.com. Tout le monde à presque oublié le premier service tinyurl.com. Ce secteur est dominé aujourd’hui par

  • twitter avec les liens en   t.co
  • google avec les liens  goo.gl
  • bitly avec les liens en bitly.com

Il existe, cependant,  une petite niche de services de raccourcissements de lien où il est possible de :



  • Limiter la durée de validité de l’url dans le temps,
  • Limiter la   validité de l’url en nombre de clics .

J’avais déjà parlé de  shoutkey.com il y a déjà bien longtemps qui permettait de fixer une durée de vie à un url de 5 minutes à 24 heures. (il marche toujours)

raccourcisseur d'url temporaire

Aujourd’hui j’ai testé le service http://dyinglinks.com/ qui est un peu plus complet puisqu’il offre 5 options

  • date début de la validité de l’url (birth in)
  • date de fin de la validiité
  • Durée de vie de l’url
  • Nombre de clics maximum (die after N clicks)

Vous avez ensuite un lien abrégé avec également un code QR disponible.

A quoi ça peut bien servir?  Et bien il faut être un peu  imaginatif.

  1. Faire un concours avec dans l’url un code secret accessible aux 100 premières personnes qui clique sur le lien
  2. Eviter qu’un lien reste disponible dans la nature ad vitam aeternam,
  3. Limiter un lien sponsorisé dans le temps,
  4. Faire un jeu de piste sur internet et donner les réponses à un moment donné seulement,
  5. Faire un lien vers un testament qui s’ouvrira dans 10 ans! (c’est un peu risqué, si le service disparaît!)

J’ai fait un test avec ce lien  http://dyi.li/3Y  et ça me donne comme message :

http://dyi.li/3Y is not working yet, please wait for 364 days 23 hours 58 minutes and 34 seconds

 

Dyinglinks.com/

via  maestroalberto.it 

Tags: ,




Delicious Sauvegardez sur delicious! Ecrit par Thierry Roget

------------

» Abonnez vous au flux RSS des commentaires de ce billet

Ecrire un commentaire